COMMUNAUTE du FORUM BioRESP

Cet espace est celui de la communauté des membres et amis du FORUM BioRESP

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Membres
    Membres Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification
Derniers articles
Maxime de Rostolan résume tous les ingrédients pour une économie AVEC le vivant

Je reprends ci-dessous la lettre de Maxime de Rostolan, créateur des Fermes d'avenir et de bien d'autres choses...

Le 2 février - Nouvelles sur le Blog de Maxime - avec des liens précieux à la fin !

Le temps file. Tout s’accélère.
On a 20 ans pour changer le monde, ce n’est pas simplement le titre d’un film mais bien une conviction que je me suis forgée ces dernières années à coups de débats, de rencontres et de projets.
Dit autrement : si l’on ne bascule pas rapidement dans une économie symbiotique et que l’on ne fait pas nôtre cette autre loi de la jungle qu’est l’entraide, on pourra se poser sur une plage en sirotant des caïpirinhas et regarder la mer monter.
C’est une perspective qui n’est pas désagréable mais si l’on pouvait garder nos pieds au sec, elle serait encore plus tentante !

Observer que l’usage des pesticides a augmenté en France ces 10 dernières années malgré les objectifs du Grenelle de l’Environnement, réaliser que la richesse continue à s’agglutiner autour de quelques familles au détriment des plus pauvres, constater que ces classes défavorisées caressent encore le rêve américain sucré à l’huile de palme, n’est forcément pas pour nous rassurer.
Les courbes renforcent, encore et encore, les tendances flippantes d’une société qui va dans le mur.
Les collapsologues ont raison d’agiter le sujet et poser l’éventualité de l’effondrement de notre civilisation sur la table.

Cette situation est la nôtre. Certains ne s’en rendent pas compte ou feignent de ne pas voir, ils continuent à donner du grain à moudre au système et du fil à retordre aux convaincus.
Des années déjà que l’heure n’est plus au constat, ceux qui ont compris savent que c’est dans l’action que se trouve le salut.
Mais quelles actions ?

Modifié le
Lectures : 170
Notez cet article:
0
Transition bioéconomique :  peut-on prouver la valeur des produits biosourcés ?
 
Le 12 décembre dernier, le Forum BioRESP a organisé un atelier dans le cadre du World Efficiency Forum 2017 à Paris (événement satellite de One Planete Summit). Pour parler du biosourcé et de ses atouts, quatre invités ont apporté leurs contributions : Jean-Christophe DOUKHI DE BOISSOUDY, Directeur Novamont France,  président du Club Bio-Plastiques, Cyrille PAUTHENIER, fondateur et président d’Abolis Technologies, Olivier JAN, Coordinateur du Consortium BioSpeed et de Natur’ALLBottles Alliance chez Deloitte Anthony BENOIST, chercheur CIRAD, membre du groupe ELSA dédié à l’évaluation environnement, le cycle de vie et la soutenabilité
La séance a été animée par Dorothée BROWAEYS et Pierre-Alain SCHIEB, coordinateurs du Forum BioRESP
 
25 personnes ont participé à l’atelier. Elles représentent une grande variété d’institutions et de parties prenantes de la bioéconomie : AgroParisTech, CNRS, FNSEA, ADEME, Novamont, Saf Agr Idées, Saint-Gobain, SupBioTech, ABOLIS Technologies, Deloitte, VINCI, Le Ministère de la Transition écologique et solidaire.
Les présentations et des discussions ont mis en exergue la difficulté de prouver la valeur socio-environnementale des produits biosourcés. Les atouts sont, d’une part, mal définis, pas suffisamment cernés ni standardisés et d’autre part, peu lisibles. La valeur est très contingente (dépendante des circonstances) : le type de biomasse, le genre de procédé de traitement, les conditions économiques, jouent sur la « valeur écologique » du bio-sourcé. Les comparaisons avec les produits équivalents petro-sourcés sont délicates car il faut intégrer des dimensions souvent négligées (subventions au pétrole).
Modifié le
Lectures : 315
Notez cet article:
0

Yvon Le Hénaff a été élu le 12 décembre président du pôle de compétitivité Industries et agroressources (IAR), après le mandat de trois ans de Thierry Stadler. Le nouveau président souhaite que le pôle, dont le siège se trouve à Laon (Aisne), « conforte sa place de catalyseur du développement de la bioéconomie en France  ». Cela principalement pour créer de la valeur chez ses adhérents, qui sont à 60 % de TPE et des PME dans la conception et la production de bioproduits. Et aussi pour faire reconnaître aux pouvoirs publics, qui mèneront en 2018 un audit sur tous les pôles, que la bioéconomie est stratégique pour la France.

Yvon Le Hénaff, 65 ans, est directeur général depuis 2002 d'Agro-Industrie Recherches Développement (ARD), filiale du groupe coopératif Vivescia.Il va se consacrer désormais à accroitre les dynamiques du pôle IAR centré sur la valorisation de la ressource biologique (agriculture, forêt, ressources marines ou encore co-produits et résidus) pour des applications dans les domaines de l’alimentaire, de l’industrie et de l’énergie.

Modifié le
Lectures : 314
Notez cet article:
0

C'etait le 1er juin dernier! Le lancement du Forum BioRESP.

A cette occasion, Jean-Daniel Abel - co-auteur du rapport "Vers une bioconomie durable" voté par le Conseil économique et environnemental (CESE) en mars 2017- explique combien il faut que les politiques travaillent à mettre en cohérence les acteurs de la bioéconomie

 

...
Modifié le
Lectures : 367
Notez cet article:
0
Les effets pervers du pétrole bon marché sur la bioéconomie
L’espoir de voir les produits biosourcés remplacer au moins partiellement les produits d’origine fossile serait-il en train de s’estomper, au moins à court terme ? La conférence Bio Based Materials, qui s’est tenue à Cologne, du 9 au 11 mai 2017 atteste que le bas prix du baril de pétrole empêche l’innovation biosourcée de décoller
 
Par Pierre-Alain Schieb, ancien chef des projets de l'OCDE notamment bioéconomie 2030), premier titulaire de la Chaire de bioéconomie industrielle de Neoma Business School, Auteur et co-auteur de Bioraffinerie 2030 (L'Harmattan, 2014) et co-auteur de Compétitivité et soutenabilité de la bioéconomie 2050 (L'Harmattan, 2016).
 
 
La neuvième conférence Bio-Based Materials organisée par Nova Institut a réuni environ deux cents représentants de l’industrie et de la recherche appliquée dans le domaine de la biochimie. La plupart des participants sont venus d’Allemagne avec quelques représentants des Pays Bas, de la Belgique, des pays scandinaves, un représentant du Canada, de la France, de l’Italie.
Si la chimie du végétal qui permet de valoriser les biomasses est au cœur de ce rendez-vous de Cologne, il n’en reste pas moins que la domination des produits pétro-sourcés dans les molécules plateformes les plus utilisées est en train de reprendre de plus belle
Modifié le
Lectures : 786
Notez cet article:

LES MEMBRES ACTIFS DE LA COMMUNAUTE DU FORUM BioRESP

Dorothée BROWAEYS est journaliste, rédactrice e...
Jean-Jacques Perrier est journaliste, coordinat...
UP' est le magazine d'actualités de l'innovatio...
Etudiante à AgroParisTech, je travaille à l'org...
Fondatrice et directrice de la rédaction de UP'...
Mises en Pièces est une association de théâtre ...
Directrice de Sup'Biotech Centre d'intérêt ...
Auteure, comédienne et scientifique, Anne Rougé...
Professeur des universités en arts plastiques. ...
Je suis chercheuse en microbiologie et depuis q...

PROCHAINS RENDEZ-VOUS DE LA BIOECONOMIE

20 Mar 2018
02:00PM - 07:00PM
Forum BioRESP #2
12 Jui 2018
02:00PM - 07:00PM
Forum BioRESP #3
16 Oct 2018
02:00PM - 07:00PM
Forum BioRESP #4