www.tek4life.eu

Tek4Life conçoit et organise

 

Les forums

 

 

 

L'événement

 
                   

 

COMMUNAUTE TEK4life

Cet espace est celui de la communauté des membres et amis de TEK4life

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Membres
    Membres Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification

La "biocompatibilité"​ au coeur du New deal vert européen

Posté par le dans Biopolitiques
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 259
  • 0 commentaires
  • Notifications
  • Imprimer
Les Européens sont en train de prendre les cadres écologiques pour horizon commun. La poussée des Verts, devenu le quatrième parti du Parlement avec 69 sièges, est un phénomène marquant. L’Allemagne et l’Espagne où le parti socialiste porte un Green New Deal ont remporté respectivement 20% et 32 % des voix. Désormais, le cap est bien de soumettre l’exigence de « biocompatibilité » à toute l’économie pour la rendre moins toxique ou destructive pour l’environnement. 
 
Les appels à un virage radical pour répondre aux urgences vitales pour le maintien d’une Terre habitable exigent un New deal vert. L’idée, issue de la crise de 2008 – on se souvient de Gordon Brown, le Premier ministre britannique qui avait annoncé un « nouvel ordre mondial - progresse. Poussé par les Verts européens à la fin des années 2000,
 la demande d’une mobilisation radicale pour verdir tous les modes de production a été reprise outre-Atlantique par la jeune démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, benjamine du Congrès qui a présenté en février 2019 un plan environnemental ambitieux doté d’un volet social cohérent. La nécessité d’un cap politique clair pour rendre les pratiques industrielles biocompatibles commence à devenir une conviction majoritaire face à une environnement qui s’est considérablement détérioré depuis dix ans. 
Les conditions pour établir ce nouveau régime économique ont été bien décrite par Peter Custers, Chercheur à l’International Institute for Asian Studies (IIAS)(1). Ce dernier insiste bien sur les nouvelles règles politiques à envisager pour conditionner tout investissement à une contribution véritable à la préservation de la vie et de la biodiversité sur Terre. Il précise aussi qu’il faut « sortir du paradoxal »c’est-à-dire éviter « des dépenses qui concourent à l’amélioration du niveau de vie mais qui, dans le même temps, exercent un effet négatif sur la santé des hommes et sur leur environnement naturel ». 
Il faut s’arrêter sur l’interview de l'économiste Mariana Mazzucato issue de TechnologyReview du MIT. Elle nous partage sa vision d’un Green New Deal capable de « créer de nouvelles opportunités d'investissement, de sorte que croissance et durabilité évoluent de pair ». Il s’agit d’un « nouveau contrat social entre le gouvernement, les entreprises et les citoyens afin de co-créer, co-partager des marchés aux côtés du secteur privé ».
 J’ai retranscrit ci-dessous ce texte excellent tant il exprime le cap que porte TEK4life, qui par le dialogue multiacteurs entend accélérer la création de nouvelles chaines de valeurs pour transformer tous secteurs manufacturiers en activités compatibles avec le vivant. Cela veut dire que les chimistes peuvent proposer aux pétroliers ou cimentiers de venir transformer leurs CO2 en molécules d’intérêt (acide lactique, acétate, acide formique…), que les agronomes peuvent fournir des molécules d’intérêts pour de nouvelles matières pour l’habitat, le textile… ou que les cultivateurs de microalgues ont des débouchés énergies ou matières à inventer. Une reconversion est possible face à l’attente sociétale croissante pour des solutions basées sur la nature (SBN). 
 
La préfiguration de ce monde en devenir est l’objectif du Festival VIVANT que TEK4life organise le 10 octobre prochain. Il s’agira de partager les expériences qui montre que l’industrie comme l’agriculture peut « pactiser avec le vivant ». TEK4life propose à tous ceux qui veulent partager un savoir-faire de se manifester afin de prendre part à cet événement. 
Contacter : p.moreux@tek4life.eu
 
----
L'argument économique derrière le New Deal Vert
https://www.technologyreview.com/s/613341/the-economic-argument-behind-the-green-new-deal/
 
L'économiste Mariana Mazzucato explique comment il peut être essentiel de repenser la politique industrielle pour lutter contre le changement climatique.
par David Rotman, 24 avril 2019 
https://www.technologyreview.com/s/613341/the-economic-argument-behind-the-green-new-deal/
 
Le Green New Deal proposé par la représentante Alexandria Ocasio-Cortez et d'autres progressistes a radicalement changé le débat américain sur le changement climatique. Elle appelle à des investissements publics résolus et délibérés pour faire face au changement climatique et à d'autres défis sociaux, en particulier les inégalités.
Ce type d'investissement dirigé s'appelle «politique industrielle» et suscite depuis longtemps la controverse parmi les économistes. Mais Mariana Mazzucato, économiste à l'University College London et fondatrice de son Institut pour l'innovation et les objectifs publicsrécemment créée, a beaucoup réfléchi à la nécessité de telles approches - ce qu'elle aime appeler des politiques d'innovation axées sur la mission.
Mazzucato, auteur de The Entrepreneurial Stateet plus récemment de The Value of Everything,souligne que le financement public a été crucial pour les avancées technologiques clés allant d'Internet à la biotechnologie. Nous nous sommes assis avec elle pour poser des questions sur le Green New Deal et sur la manière dont les politiques industrielles pourraient être utilisées pour s'attaquer au changement climatique et aux autres grands défis de société.
 
La politique industrielle a souvent mauvaise réputation chez les économistes. Pourquoi etes-vous si enthousiaste?
Tout d’abord, il existe différents types de politiques industrielles. Il y a le type efficace et le type inefficace. Les politiques industrielles problématiques ne font que nourrir la croissance d’une partie limitée de l’économie et ne deviennent pas un moyen systématique de transformation de l’économie. Je pense que les politiques industrielles fonctionnelles et efficaces sont celles qui modifient les comportements dans différentes industries, plutôt que celles qui sélectionnent arbitrairement deux industries à subventionner. Ils concernent la transformation économique.
 
Le Green New Deal est-il un exemple de politique industrielle?
Cela dépend de la façon dont cela est interprété. J'en parlais avec Alexandria [Ocasio-Cortez] à ce sujet en septembre.
Le Green New Deal sera beaucoup plus efficace s'il concerne l'ensemble de l'économie. Et c’est là l’esprit que défendent [Ocasio-Cortez] et d’autres membres du parti démocrate. Il ne s’agit pas que d’énergie renouvelable. Il s’agit de verdir l’ensemble de l’économie. Un Green New Deal vert ne concerne pas uniquement les énergies renouvelables, il consiste également à faire en sorte que toutes les parties du secteur manufacturier se transforment dans une priorité à l’écologie.
 
Pourquoi faire référence au New Deal poussé par le président Roosevelt pour nous sortir de la Grande Dépression?
Le Green New Deal comporte deux éléments. L'une est l'orientation que Roosevelt a fournie pour la mise en chantier de nouveaux projets et infrastructures. C’est là qu’il est important de passer d’une approche sectorielle à une transformation à l’échelle de l’économie. Une autre partie importante concerne le mot «accord» ou un nouveau contrat social entre le gouvernement, les entreprises et les citoyens.
Plus le Green New Deal peut devenir un sujet de discussion sur l'orientation de l'investissement et de l'innovation, mais aussi sur la répartition des avantages d'un nouveau partenariat public-privé, plus il sera intéressant. Quel accord voulons-nous avec ces entreprises? Quelles sont les conditions auxquelles nous devrions être attachés?
 
Est-il possible de lutter contre le changement climatique tout en parvenant à la croissance?
Un Green New Deal devrait créer de nouvelles opportunités d'investissement, de sorte que croissance et durabilité évoluent de pair. La croissance a à la fois un taux et une direction, et le GND est la direction qui peut nous rendre une croissance plus verte et qui, en même temps, libère des investissements privés énormément accumulés. Il devrait également exercer davantage de pression sur les bénéfices réinvestis dans l'économie plutôt que de les utiliser pour des domaines tels que le rachat d'actions.
 
Un de vos livres, Repenser le capitalisme, critique nombre d'économistes qui pensent résoudre des problèmes aussi graves que le changement climatique. Pourquoi?
Le cadre économique traditionnel considère que l’élaboration des politiques ne fait que corriger les défaillances du marché. Vous attendez que quelque chose aille mal, puis vous le restreignez. Mais une transformation verte doit être plus ambitieuse. Il devrait s'agir de co-créer, co-partager des marchés aux côtés du secteur privé.
Diriger les investissements vers les missions publiques peut stimuler les investissements et l'innovation, mais cela devrait se faire sans microgestion. Définissez une direction, puis utilisez la gamme complète d'instruments gouvernementaux pour alimenter l'expérimentation et l'exploration ascendantes.
 
Et continuez à vous concentrer sur l'objectif, dans ce cas, réduire les émissions
Oui, gardez un oeil sur le prix.
Modifié le
Notez cet article:
0
URL de rétrolien pour cette article.

Commentaires

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité jeudi 27 juin 2019

LES MEMBRES ACTIFS DE LA COMMUNAUTE TEK4life

Dorothée BROWAEYS est journaliste, rédactrice e...
Jean-Jacques Perrier est journaliste, coordinat...
UP' est le magazine d'actualités de l'innovatio...
Etudiante à AgroParisTech, je travaille à l'org...
Fondatrice et directrice de la rédaction de UP'...
Je suis actuellement en 3eme année de thèse en ...
Je suis chercheuse en microbiologie et depuis q...
Directrice de Sup'Biotech Centre d'intérêt ...
Auteure, comédienne et scientifique, Anne Rougé...
Professeur des universités en arts plastiques. ...