www.tek4life.eu

Tek4Life conçoit et organise

 

Les forums

 

 

 

L'événement

 
                   

 

COMMUNAUTE TEK4life

Cet espace est celui de la communauté des membres et amis de TEK4life

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Membres
    Membres Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification
Co-énoncer avec le vivant, réhabiter la terre, par Augustin Berque
 
A l'occasion du lancement du Festival vivant ce 10 octobre 2019, nous publions un texte d'Augustin Berque, issu d'une
Conférence-échange entre Augustin Berque et Nicole Pignier, le samedi 18 mai 2019, à Eymoutiers.
(éléments du propos d’A. Berque)
 
I. « Coénoncer avec le vivant, réhabiter la Terre », voilà une formulation pour le moins hardie. C’est à Nicole Pignier que nous en devons la première moitié, la seconde m’étant imputable. Est-elle simplement absurde, ou oraculaire ? En tout cas, elle n’entre pas d’emblée dans notre casier mental. Nous avons plutôt l’habitude de penser que, d’une part, les humains sont les seuls à posséder la parole, donc les seuls capables d’énonciation ; que, d’autre part, nous habitons bien sur la Terre, pas ailleurs, et que nous n’avons donc pas à la « réhabiter » ; enfin que, par-dessus le marché, le lien logique entre énonciation et habitation 
Modifié le
Lectures : 1018
Notez cet article:
0
Les techniques sont notre environnement naturel
 
Par Koert van Mensvoort, Next Nature
Article issu de l’intervention du 17 septembre lors du FESTIVAL VIVANT 2016
 
Aujourd'hui, les impacts humains sur notre planète ne peuvent plus être sous-estimés. Le changement climatique, la déforestation, l'urbanisation, la biologie de synthèse – la marque du « On était là » fait écho partout. La nature vierge n'est pratiquement trouvable nulle part. Bien que nous recherchions des expériences naturelles et aspirons à sauver la Nature, peu ont posé la question élémentaire « qu'est-ce que la Nature ? » Devrions-nous rafraichir notre vision de la Nature, maintenant que nous vivons dans un monde de roses arc-en-ciel, de paysages augmentés, de mondes digitaux, de taureaux robotiques et de viande cultivée en laboratoire?
Modifié le
Lectures : 3725
Notez cet article:
0
Passer par le symbolique pour penser l’avenir du vivant
 
Par Jean-François Bouthors, écrivain et éditeur
Article issu de l’intervention du 17 sept lors du FESTIVAL VIVANT 2016
 
Dans le débat sur la viabilité du futur, nous sommes piégés par un débat éthique binaire entre le bien et le mal. Les apôtres de la technique la voient comme le moyen d’atteindre le bien – briser la finitude, dépasser les limites, vaincre la mort. Les défenseurs de la nature pensent leurs engagements comme un combat contre la catastrophe qui vient en raison des effets maléfiques de la modernité – raison technique, raison financière, société de consommation… Les deux camps s’affrontent en un débat indécidable, au sens où aucun n’est en mesure de faire entendre raison à l’autre, puisque chacun pense tenir les arguments de la rationalité.
Modifié le
Lectures : 3742
Notez cet article:
0
Mark Hunyadi : Comprendre le monde, c’est déjà le transformer
Le monde qui vient sera peuplé de robots, nous interviendrons sur nos gènes, nous fabriquerons artificiellement le vivant, nous vivrons dans des sociétés qui nous demanderons d’obéir à des décisions formulées par des algorithmes que nous ne comprendrons pas.  Chaque jour, de nouvelles techniques, des avancées scientifiques, des faits de société, des modes de vivre, de travailler, de jouer, sont imaginés. Un monde allégé des contraintes matérielles et corporelles qui nous lient, justement, à ce monde, nous est promis. Tout cela, dans le respect éthique de nos droits et libertés, nous dit-on. Pourtant, ce monde qui vient peut être éthiquement détestable et socialement pathologique.  Nous ne le percevons pas car nous sommes aveuglés par une sorte de schizophrénie démocratique : la société promeut nos libertés individuelles mais nous enserre dans les carcans de modes de vie que nous n’avons pas voulus. Se libérer de ce paradoxe est un défi politique. C’est ce que nous dit le philosophe Mark Hunyadi que nous avons rencontré à l’occasion d’une session de Questions de vie du Festival Vivant dont UP’ Magazine est partenaire.
Modifié le
Lectures : 6475
Notez cet article:
0

LES MEMBRES ACTIFS DE LA COMMUNAUTE TEK4life

Dorothée BROWAEYS est journaliste, rédactrice e...
Jean-Jacques Perrier est journaliste, coordinat...
Etudiante à AgroParisTech, je travaille à l'org...
UP' est le magazine d'actualités de l'innovatio...
Fondatrice et directrice de la rédaction de UP'...
Professeur des universités en arts plastiques. ...
3D printing biomimétisme / biomorphisme Pho...
Artiste, Designer, Chercheur Ecosys...
Notre équipe participe cette année au concours ...

Invité n'a pas encore mis à jour sa biographie